Les couches lavables et nous

Maintenant que j'ai un peu plus de recul avec les couches lavables, je peux t'en parler concrètement. Enfin un peu plus qu'ici, où j'investissais tout juste avant sa naissance. A pratiquement 20 mois, elle a eu les fesses colorées plus d'une fois !

Avant de commencer, j'étais dejà convaincue par le gain de temps et d'argent que l'utilisation des couches lavables, allaient me faire gagner. Bien entendu, nous ne parlons plus des CL (couches lavables) de nos grands mères mais bien de nouvelles couches adaptées aux petits fessiers. Il faut aussi avoir conscience que ce mode de vie doit se fondre dans notre quotidien et ne pas être un fardeau. Chez nous comment ça ce passe ?
Avant la naissance de Camille, j'avais jeté mon dévolu sur la marque HAMAC. J'avais réussi à en acheter d'occasion (un des gros avantages des CL !) et j'en avais mis quelques unes sur la liste de naissance (bon plan !). Il faut compter environ une quinzaine de couches pour tourner confortablement entre les machines, le séchage et la remise en forme de la couche qui, avouons le, n'est pas le plus marrant à faire. C'est un coup à prendre.

Je n'ai pas commencé dès sa naissance. Déjà parcequ'à la maternité, je ne trouvais pas ça pratique et surtout parceque je voulais faire connaissance avec mon bébé avant de me lancer. 15 jours après sa venue au monde, j'ai essayé avec beaucoup d'appréhension. Est-ce que cela allait tenir sur ce petit bout de bébé, est-ce qu'il y aurait des fuites ? Pas mal de questions légitimes. Cette première fût une cata. Au fil des jours, j'ai recommancé et recommencé (bornée, moi ? pas du tout…) jusqu'à trouver un rythme de croisière. Sauf que…oui, il y a bien un soucis. Ces belles couches so girly, ne sont pas du tout adaptées à ma fille au bidou tout petit et aux cuisses toutes fines (pas l'ombre d'un bourrelet contrairement à sa mère).  J'ai du me rendre à l'évidence et arréter leur utilisation tout en restant sur ma faim. J'ai retenté quelques week end mais même résultat. Pourquoi que le we ? Camille allant à la crèche, elle était et est toujours en couche jetable la semaine. J'ai fini par vendre toutes ces belles couches et prendre un peu de recul.

Et puis, je me suis lancée de nouveau après un long temps de réflexion, de recherche et de conseils. J'ai essayé une nouvelle marque, Applecheeks. Je n'ai pas fait la même bétise d'en acheter plusieurs (voir beaucoup). De mémoire, une taille 2 qui s'est avérée être trop grande. Pas de soucis, je me suis mise en quète de taille 1 en occasion. Pas simple cette recherche ! C'est qu'elles se font rares les petites. Une fois trouvée, hop hop hop, on se remet au boulot et on regarde le résultat. BANCO ! Quelle joie de revoir ce popotin coloré ce promener dans la maison. Elle a l'avantage d'avoir des élastiques aux cuisses et d'être réglables avec plusieurs pressions. Au final, tu ajustes au mieux en fonction du gabarit de ton mini. En terme de mini (cuisse), j'en connais un rayon mais pas en taille. Tu verrais ses mollets…bref, ce n'est pas le sujet.

Mon gros problème est qu'il me les faut toutes. Hum…Mon défi a été de trouver les anciennes editions limitées, peu importe la taille (1 – 2.5/9kg ou 2 – 8 / 16kg voir même en taille unique maintenant mais ce n'est pas du tout raisonnable). Petit à petit, le tiroir s'est rempli (et pas que de rose !) pour donner un bel arc en ciel. Une vraie gamine à chaque réception…Allez avoue qu'elles sont belles !

Au quotidien comment ça ce passe ? Enfin mon quotidien, c'est à dire les jours où Camille ne va pas à la crèche. J'ai réservé un tiroir de sa commode rien que pour le nécessaire. C'est à dire les couches, les inserts lavables et jetables. Pour mettre en forme une couche Applecheeks, il faut une couche (sans blague…), un insert en microfibre ou en bambou et si tu le souhaites un papier de protection (à jeter dans les wc ou en polaire, à laver) pour récupérer les selles et c'est tout ! Les inserts en bambou sont un peu plus long à sécher, je ne lui mets que pour doubler l'absorption lors de la sieste ou la nuit. Le roulement se fait bien avec une bonne quantité de couches à la maison et en tenant bien 3 jours entre chaque lessive. Comme nous arrivons vers les beaux jours, le séchage sera encore plus rapide. A noter, que le soleil, est le détachant le plus naturel, pour retirer les traces tenaces.

Pour conclure, si je devais résumer avec les avantages et les inconvénients :
– écologique
– pas de substances nocives (comme dans beaucoup de couches jetebles)
– économique
– achat en occasion ou neuf pour du long terme avec un second enfant (ou plus…)

– elles sont sublimes
– l'investissement de départ
– trouver la bonne couche adaptée à son enfant (le plus compliqué selon moi) parmi toutes les marques connues

Voici le guide que tout futur parent devrait lire avant de se lancer : le mode d'emploi des couches lavables !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Commentaires (3)

  1. Pingback: Les images de 2017...#11 | Un plus Zéro égale Deux

  2. Cathy Mumblog

    Je crois que je n’avais pas le courage et la motivation nécessaires (car il en faut !) pour tenter l’expérience, alors je suis vraiment admirative de ceux qui y vont à fond ! Bravo !!

    Répondre
  3. La Casa de Mamá Chronique

    Cela m’a toujours tenté mais j’étais frileuse de me lancer dans un tel investissement sans être certaine de m’y tenir.

    Répondre

Un commentaire étoilé :

%d blogueurs aiment cette page :